CNA-Paris, élection de la nouvelle Présidente et du Bureau le 30 janvier 2013

Chers Confrères, Chers amis,

Le 30 janvier 2013 ont eu lieu les élections de la Présidence de la CNA section parisienne et de son bureau.

Elue Présidente en ce début d’année,  je succède donc à Vincent Lejeune qui a œuvré en qualité de Président, durant plus de quatre années, et avec qui j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler dès 2011.

Nous sommes dans une période difficile. Aussi, j’ai bien conscience de la tâche que vous m’avez confiée. Il ne s’agit pas pour nous d’établir de concurrence avec les autres syndicats mais de continuer à affirmer notre identité en renouvelant notre manière de faire du syndicalisme et en confirmant le nouvel élan de la section parisienne.

Je tiens à lever le suspense, il n’y a pas eu d’élection triomphale du fait du manque de participants. Malheureusement ces élections illustrent parfaitement la situation de la vie des syndicats aujourd’hui.  Toutefois, ceux qui prédisent leur disparition, dont celle de la CNA, seront très certainement surpris car la relève est bien présente, tenace et volontaire.

Les opportunités ne ressemblent jamais à ce que l’on imagine, vous le savez bien…Il faut simplement savoir les saisir si elles permettent de défendre ce en quoi l’on croit et de manière générale de donner un sens à ses actions.

J’espère avoir assez de talent pour être digne de la confiance que certains confrères m’ont témoignée par des marques d’affection,   des encouragements et leurs propositions de vouloir  se mettre à mon service. Ces derniers termes me semblent forts car je considère qu’il m’appartient de me mettre à votre service, au service de ceux qui nous rejoindront bientôt, je l’espère.

Je tiens à remercier notre Présidente Heidi Rançon-Cavenel pour avoir été « une initiatrice à la vie syndicale ». Rencontrée alors que je venais de prêter serment en 2006, elle fait partie de ces femmes qui ne craignent pas le changement et donnent l’opportunité aux jeunes enthousiastes de faire.

Je souhaite être le « trait d’union » entre deux générations qui se comprennent parfois mal afin d’accueillir la troisième génération dite « Y » qui, n’en déplaise à certains, est bien présente au Barreau de Paris. S’il y a une désertion générale, un manque d’intérêt souvent, un manque d’altruisme peut-être, je pense surtout que certains jeunes confrères ont la peur de franchir le seuil de la porte d’un lieu qu’ils ne connaissent pas, où on ne les attend pas forcément.

La nouvelle génération qui adhère à la CNA ne donnera pas de sens à ses actions sans la mémoire des confrères qui se sont investis précédemment. Je crois à la transmission, celle qui doit se faire entre les Hommes et a fortiori au sein d’un syndicat d’avocats tel que le nôtre.

Aussi, je remercie tout particulièrement notre Président d’honneur, Jean-Louis Schermann, qui l’a bien compris. Pour illustrer cette volonté de rassemblement et de renforcement du lien intergénérationnel, il recevra à son cabinet les confrères parisiens le 21 février 2013, occasion de me présenter à ceux que je n’ai pas encore rencontrés.

Nous serons donc heureux de vous accueillir pour un instant convivial avec de jeunes élèves-avocats qui souhaitent déjà s’engager à nos côtés et apprendre de vous tous.

Nous serons plus forts avec toutes les têtes pensantes de la CNA, les volontaires courageux, pour mener les projets ambitieux que nous avons pour la section parisienne que je préside à présent.

Votre bien dévoué,

Paris, le 4 février 2013.

Anne-Katel MARTINEAU